News

20 Jan 21 | News

La COVID-19 sous l’angle de l’égalité des sexes: Taina Bofferding initie un projet de recherche avec le LISER

La crise liée à la COVID-19 affecte les femmes et les hommes de façon différente. Le ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes (MEGA) va analyser l'impact de la crise sur l'égalité à travers un projet de recherche approfondi réalisé par le LISER

Communiqué par: ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes

L’apparition du coronavirus début 2020 et le déclenchement subséquent de l’état de crise au Luxembourg ont eu des impacts sur une multitude de domaines de notre vie quotidienne: la santé en premier lieu, mais également la gestion de crise, l’emploi, la vie publique, la garde d’enfants, l’éducation, les tâches domestiques ou encore les relations conjugales et familiales. En termes d’égalité entre les sexes, la question est de savoir comment ces changements radicaux de la vie quotidienne ont influencé l’égalité entre les femmes et les hommes. Et de quelle manière la pandémie remettrait en cause les avancées en matière d'égalité des sexes obtenues au cours des dernières décennies?

Le 20 janvier 2021, la ministre de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Taina Bofferding, a signé une convention de coopération avec le LISER pour approfondir cette question dans le cadre d’un projet de recherche, dont les résultats sont prévus pour fin 2021. Cette analyse est d’ailleurs une action concrète du Plan d’action national pour une égalité entre les femmes et les hommes adopté par le gouvernement en juin 2020.

Dans le cadre du projet d’étude, le LISER mettra le focus sur plusieurs thèmes tels que

• les différences entre les femmes et les hommes se rapportant aux aspects de santé directement liées à la COVID-19,
• l’impact des mesures introduites par le gouvernement luxembourgeois à la suite du premier confinement en mars 2020,
• l’impact de la crise sur les femmes et les hommes sur le chômage et les ressources financières,
• le recours au télétravail par les femmes et les hommes, ainsi que les différences entre les sexes en terme d’emploi du temps dans le contexte de l’éducation à domicile et dans l’exécution des tâches domestiques,
• les différences dans l’attitude portée à l’égard de la crise en général et les mesures pour endiguer la pandémie en particulier, telles que par exemple lesdits «gestes barrières».

La ministre de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Taina Bofferding, souligne que la crise a un impact indéniable sur l’égalité entre les sexes. À commencer par l’inégalité du ratio femmes-hommes relatif au nombre d’infecté-e-s et au nombre des cas mortels liés à la COVID-19.

«Nous constatons également que les femmes ont été plus engagées dans l’éducation des enfants à domicile durant la période du premier confinement, et de même pour les tâches domestiques», souligne la ministre. «Un réel danger existe, celui de retourner vers les stéréotypes des années 1950 en matière d’égalité femmes-hommes. Comme l’annonce le Forum économique mondial, les retombées du coronavirus pourraient être pires pour les femmes que pour les hommes. En temps de crise, l'égalité des sexes est un objectif qui est souvent suspendu et a tendance à être considérée comme secondaire. Mais il est essentiel de comprendre le déséquilibre des impacts de COVID-19 sur le genre à travers des données ventilées par sexe. Avoir une base scientifique sous forme d’une étude avec un état des lieux chiffré est un prérequis indispensable. Il ne s'agit pas seulement de rectifier des inégalités de longue date. Nous voulons construire une société plus juste et résiliente.»

Aline Muller, directrice générale du LISER, a expliqué que l’Institut s’est lancé dès le premier confinement dans l’analyse socio-économique de la crise. Elle se réjouit de cette nouvelle collaboration avec le MEGA qui sera complémentaire en mettant un accent particulier sur égalité entre les femmes et les hommes.