menu

News

28 Feb 18 | News

Journée Internationale des Femmes 2018: précarité des femmes au Grand-Duché

Le LISER a rassemblé des indicateurs pour illustrer les facteurs de précarité des femmes au Luxembourg.

Taux de pauvreté des familles monoparentales, 2016, pays de l’Union européenne, %
Source : EU-SILC 2016, calculs : LISER.

La Plateforme Journée Internationale des droits des Femmes (JIF) concentre, chaque année, ses travaux sur une thématique du grand chantier qu’est la mise en place d’une société d’égalité entre femmes et hommes. Pour 2018, elle a décidé d’aborder le sujet important de la précarité des femmes au Luxembourg. Ce mardi 27 février, une conférence de presse était organisée.

Mettant en évidence l’aspect multidimensionnel de la précarité au féminin, les intervenants se sont concentrés sur des constats chiffrés et des revendications politiques couvrant de nombreux domaines socio-économiques..

Anne-Catherine Guio, chercheuse au LISER a présenté quelques chiffres-clefs au sujet des différences entre hommes et femmes en matière de travail à temps partiel, d’éducation, de pauvreté, de salaire,  de pensions, de patrimoine et de déprivation au sein des couples. Ces chiffres s’appuient sur de nombreux travaux du LISER et sont le fruit d’un travail d’équipe qui vise une étude transversale de la question de genre au sein des différents départements.

Un chiffre a notamment beaucoup retenu l’attention : le taux de pauvreté des familles monoparentales. 45% d’entre elles vivent sous le seuil de pauvreté, soit l’un des taux les plus élevés au sein de l’Europe (voir le graphique). Une large majorité des familles monoparentales sont des mères seules avec enfants.

Ces familles ont souvent un revenu plus faible que les couples mais des charges de logement, d’éducation, de mobilité et de garde d’enfants aussi importantes que ces derniers.

L’une des revendications politiques concernant ces familles porte sur la fiscalité. Elles sont en effet taxées très lourdement au Luxembourg, comparativement aux couples. A titre d’exemple, un parent célibataire qui a un revenu imposable de 80.000 euros/an paie 21 088 € d’impôts, alors qu’un couple qui a le même revenu en paie 8 309 €, soit 2,5 fois moins. Le crédit d’impôt pour les familles monoparentales qui fait partie de la réforme fiscale de 2017 ne corrige que très partiellement cet écart de taxation car il est fortement décroissant dès que l’enfant à charge reçoit une pension alimentaire de plus de 185 euros/mois. De nombreuses associations réclament l’égalité fiscale entre familles monoparentales et couples, soit via des abatements substantiels pour les enfants à charge qui vivent au sein de familles monoparentales ou via une taxation de ces familles au même régime que les couples.

Le dimanche 11 mars prochain, une fête culturelle et féministe sur le même thème sera organisée au Grund par la plateforme. : Le LISER (C. Blond-Hanten, B. Lejealle, E. Sierminska, E . Zana-Nau, B. Lanscotte) sera aussi présent avec son «GG (Gender Game – good game)» qui sensibilise le public (enfants, jeunes et adultes) à des questions sur les stéréotypes de genre.
 Plus d'infos sur le programme.