News

07 Apr 21 | News

Les migrations influencent l’identité nationale... mais pas là où on s’y attend

Lorsqu'on évoque l’impact des migrations internationales sur les changements culturels, la première chose qui vient à l'esprit est l’influence de l’immigration dans les pays d'accueil.

L’immigration en provenance des pays en développement s’est accrue de manière importante dans la plupart des pays européens. En cause, le maintien des inégalités de revenu, l’instabilité politique, la croissance démographique soutenue dans les pays les plus pauvres, etc... Les conséquences sur le bien-être des citoyens des pays d’accueil ont fait l’objet de nombreuses recherches.

Basée sur des données disponibles sur une longue période et sur une analyse statistique fine, la publication de Sulin Sadorschau étudie l’impact des migrations internationales sur la convergence (ou la divergence) culturelle entre les nations, et met en lumière la nature et l’intensité des différents mécanismes à l’œuvre. L’originalité de l’étude est (i) qu’elle quantifie l’effet des migrations sur la dynamique culturelle tant dans les pays d'accueil (Comment les immigrés affectent-ils les valeurs culturelles moyennes des pays receveurs?) que dans les pays d’origine (Comment la mobilité internationale affecte-t-elle les valeurs culturelles moyennes des pays d’émigration ?), et (ii) qu’elle distingue les effets de court terme, liés mécaniquement aux changements de composition des populations, et les effets de moyen et long terme, liés aux interactions entre les individus et entre les pays.

Deux mécanismes influencent les disparités culturelles à court terme.

  • Le premier mécanisme est celui l’auto-sélection des migrants sur base de leurs traits culturels.
  • Le second mécanisme est le brassage culturel, qui génère des effets opposés.

Toutefois, d’autres effets plus progressifs sont susceptibles d’influencer l’évolution des disparités culturelles entre les pays.

  • Le premier est celui de l’assimilation culturelle.
  • A l’opposé, le second est celui de la contamination culturelle.
  • Enfin, le troisième est celui des transferts culturels entre les pays.

L’effet de l’immigration sur les valeurs culturelles moyennes des pays d’accueil est peu perceptible, ce qui met à mal la thèse d’une perte d’identité nationale ou d’un effritement des valeurs occidentales induit par l’immigration. Par contre, les immigrés tendent à adopter les normes et les valeurs culturelles des pays de destination, les transmettent vers leurs communautés transnationales, et affectent ainsi l’identité nationale... dans les pays d’origine !


Article de référence
Sardoschau, S. (2021, Mar 29). Immigrants are stealing your culture...but not in the way you think. LISER (Policy Brief ; 2021-02), 5 p.